Techniques d'estampe

 
 Par Nicole Schlosser

Par Nicole Schlosser

Gravure sur bois et linoléum

Pour ces types de gravure, l'artiste creuse sa matrice (ce qu'on utilise pour créer l'image, donc ici le bois ou le linoléum) avec des gouges ou d'autres objets. Que ce soit sur le bois ou le linoléum, ce sont les parties qui n'ont pas été gravées qui apparaissent sur le support (papier ou autre), puisque c'est la surface plane de la matrice, recouverte d'encre, qui entre en contact avec la surface d'impression. Les parties gravées, elles, constitueront des lignes et des espaces de la couleur initiale du support.

Il est possible d'imprimer en plusieurs couleurs, généralement une à la fois, en creusant toujours un peu plus la matrice ou en utilisant plus d'une matrice.

 

Eau-forte

La gravure sur cuivre est en quelque sorte l'inverse de la gravure sur bois : ce sont les tracés de l'artiste sur la surface de la matrice qui seront imprimés sur le support. Une fois l'image créée, l'encre est appliquée sur toute la surface, puis essuyée avec soin ; elle demeure dans les parties rugueuse de la plaque, mais glisse pour disparaître des surfaces lisses. 

Il est possible d'imprimer en plusieurs couleurs, en modifiant à chaque fois l'image gravée ou en travaillant à partir de plus d'une matrice. Certains artistes ajoutent également des formes découpées dans un très fin papier coloré, qui adhère au support pendant l'impression, étant donné la très forte pression nécessaire pour celle-ci et l'humidité du support de papier. 

Nous vous conseillons aussi le visionnement de cette vidéo sur la manière noire, qui est une technique à part : voir la vidéo sur YouTube.

 Par Jo Ann Lanneville

Par Jo Ann Lanneville

 
 Par Virginie Parr

Par Virginie Parr

Sérigraphie

En sérigraphie, chacune des couleurs constitue une sorte de pochoir : toutes doivent être insolées, c'est-à-dire qu'elles sont placées entre une table lumineuse et un écran (une soie tendue sur un cadre) sur lequel on a appliqué une émulsion photosensible (sensible à la lumière). Les parties de l'émulsion qui n'ont pas cuit sont rincées, ce qui laisse un espace sur la soie où l'encre peut passer et se déposer sur le support, grâce à la pression appliquée par l'artiste avec une raclette.

Grâce aux "pochoirs" ainsi produits sur l'écran, l'artiste pourra imprimer les couleurs l'une après l'autre.

 

Lithographie

La lithographie est un procédé basé sur le principe de répulsion du gras et de l'eau. L'image est tracée sur une pierre à la surface lisse, à l'aide d'outils qui y laissent leur gras (des crayons ou des encres). Une fois l'encre appliquée, l'artiste essuie la surface à l'aide d'un chiffon humide.

Les endroits sur la surface où rien n'a été dessiné ne retiendront pas l'encre, et produiront des zones claires dans l'image imprimée, et les traces laissées par le travail de l'artiste seront donc celles qui composeront les pleins (en opposition aux vides) de l'oeuvre.

 Par Alejandra Basañes

Par Alejandra Basañes

 
 Par Isabelle Clermont

Par Isabelle Clermont

Impression numérique

L'impression numérique est aujourd'hui couramment utilisée par les artistes de l'estampe. L'oeuvre imprimée est considérée comme une oeuvre originale au même titre que l'estampe, et son tirage (le nombre d'exemplaires imprimés) est généralement limité.

Pour la créer, toutes les méthodes sont bonnes : il peut s'agit d'un mélange d'images réalisées à partir d'autres techniques, numérisées et traités numériquement ; ce peut être aussi une création entièrement numérique. Dans d'autres cas, l'image numérique est modifiée après son impression. 

 
 
 

Métissage

Il est devenu très fréquent que les artistes mélangent les techniques dans la réalisation d'une oeuvre. Toutes les techniques de l'estampe peuvent être jumelées pour un résultat qu'une seule de celles-ci ne pourrait offrir. Les techniques de l'estampe peuvent aussi être jumelées à d'autres médiums, comme la peinture ou le dessin, pour n'en citer que deux ; elles peuvent aussi être utilisée pour construire une oeuvre sculpturale ou installative. Dans d'autres cas encore, elle peut être utilisée dans la réalisation d'une oeuvre participative, relationnelle, sociale... bref, l'estampe peut faire sa place dans toute les catégorisations de l'art contemporain et éclater celles-ci.

 Par Élisabeth Mathieu

Par Élisabeth Mathieu