Marie-Christine Turcotte

 
Marie-Christine Turcotte au travail. Technique d'estampe : sérigraphie. Qu'est-ce que c'est? Crédit photo : Catherine Leblond.

Marie-Christine Turcotte au travail. Technique d'estampe : sérigraphie. Qu'est-ce que c'est? Crédit photo : Catherine Leblond.

Chaque souffrance est unique, mais l'expérimentation de la souffrance est universelle.

Marie-Christine Turcotte est motivée par un besoin viscéral de comprendre. Pour mieux cerner l'illogisme de certaines réalités sociales ou encore de certaines parts taboues du spectre émotif humain, elle ressent le besoin d'approfondir son sujet, de le déconstruire, de le mettre en lumière, de le dénoncer, et ce, sans se plier à un créneau unique au niveau de l'esthétique. Elle laisse plutôt naître l'oeuvre dans sa forme la plus criante et la plus directe.

D'une part, son travail explore le ressenti de la perte, du deuil : le désespoir et la désillusion de l'être suite à cette perte, ainsi que la reconstruction de son schème de valeurs et la capacité de résilience de l'être humain.

D'autre part, elle s'interroge sur l'asservissement insidieux de l'être manipulé(e) et contrôlé(e) par un jeu de pouvoir malsain – tant au niveau des relations intimes qu'au niveau de la structure inégalitaire des sociétés, voire totalitariste pour certaines politiques intégristes. De surcroît, elle questionne la part de résilience de la victime face à son Agresseur, trop souvent perçu comme consentement du point de vue externe.

L'artiste travaille souvent par séries, par accumulation, utilisant principalement l'estampe, la peinture et le relief, bref, des médiums qui laissent une trace, une empreinte, une marque, comme le fait la souffrance sur l'être. 

La vidéo et la sculpture, souvent utilisées sous forme d'installation, ainsi que la performance, complètent son travail bidimensionnel.